Top 10 : les favoris pour la Coupe Memorial 2017

Maintenant que les équipes misent sur leur alignement final pour le reste de la saison, c’est le temps d’établir les favoris en vue de la Coupe Memorial qui aura lieu à Windsor ce printemps. Est-ce que les Huskies prendront leur revanche ? Les Knights réussiront-ils le doublé ? Un premier sacre en trois ans pour la WHL ? 

P.S. : À noter qu’on retrouve trois équipes de chaque ligue en plus de l’équipe hôtesse.

 10 – Islanders de Charlottetown (LHJMQ)

Possiblement l’équipe la plus active lors de la période des échanges du circuit Courteau, Charlottetown a maintenant l’étoffe d’une équipe qui peut aspirer aux grands honneurs. En plus de Daniel Sprong et de Filip Chlapik, Jim Hulton a fait les acquisitions d’Alex Dostie d’Adam Marsh et de François Beauchemin pour donner encore plus de mordant à l’une des meilleures attaques de la ligue. Derrière, la défensive sera des plus solides grâce à un quatuor composé de Carl Neill, Guillaume Brisebois, Nicolas Meloche et de Pierre-Olivier Joseph. Cependant, les performances des gardiens Mark Grametbauer et Matthew Welsh devront toutefois être solides soir après soir pour permettre aux représentants de l’Île-du-Prince-Édouard de faire un bon bout de chemin en série.

 9 – Tigers de Medecine Hat (WHL)

Actuels meneurs dans la division Centrale avec un dossier de 32-15-1, les Tigers représentent une menace offensive à chaque match. Menée par le duo Chad Butcher et Mason Shaw (70 et 67 points respectivement) et le brio de David Quenneville,  l’équipe albertaine marque en moyenne 4,83 (au moment d’écrire le texte) buts par match, soit la deuxième meilleure moyenne dans toute la Ligue canadienne de hockey derrière les Pats de Regina. Par contre, la course pour l’obtention de la Coupe Ed Chynoweth ne sera pas de tout repos pour cette équipe puisqu’elle devra lutter avec les Pats de Regina et les Warriors de Moose Jaw, et ce, dans leur conférence seulement.

 8 – Silvertips d’Everett (WHL)

L’adage sportif qui dit que la défensive gagne des championnats ne peut pas être plus flagrant que dans le cas des Silvertips. L’équipe de l’état de Washington parvient à se maintenir dans le haut du classement de la WHL tout en pointant au 14e rang au chapitre des buts pour. Leurs succès en défensive débutent avec le gardien Carter Hart. Celui-ci, qui a ramené une médaille d’argent au dernier Championnat mondial junior, montre des chiffres impressionnants avec un dossier de 19 victoires, 4 défaites et 6 en temps supplémentaire, une mince moyenne de but alloués de 1,90 et un pourcentage d’arrêt de 0.927 %. Pour vous donner une idée, les Thunderbirds de Seattle sont deuxièmes au chapitre des buts contre avec 125… soient 27 de plus que les Silvertips qui en ont accordé seulement 98 en 45 rencontres. Par contre, le manque d’offensive pourrait grandement nuire à cette équipe lors des séries éliminatoires. Et si jamais Hart devait visiter l’infirmerie, leur parcours éliminatoire pourrait bien se raccourcir.

 7 – Spitfires de Windsor (OHL)

Formation hôtesse de la Coupe Memorial ce printemps, les Spitfires tenteront de remporter une troisième titre en 10 ans après avoir réussi le doublé en 2009 et 2010. Alignant l’une des possibles meilleures brigades défensives de la OHL avec Mikhaïl Sergachev, Logan Stanley et Sean Day, Windsor n’est pas en reste avec une attaque composée de Jeremy Bracco, Logan Brown, Gabriel Vilardi et Jeremiah Addison. Dans les buts, le prometteur Michael DiPietro voudra profiter de l’attention médiatique de la Coupe Memorial pour se démarquer aux yeux des dépisteurs, lui qui est admissible au prochain repêchage de la LNH. Pour l’instant, le portier compile un dossier de 22-6-5 avec une efficacité de 0.925 % et une moyenne de 2,12. La tâche ne s’annonce pas facile pour l’équipe ontarienne puisque l’équipe qui présente le tournoi n’a ramené le trophée chez elle qu’à neuf reprises depuis l’implantation du format actuel en 1983.

 6 – Huskies de Rouyn-Noranda (LHJMQ)

Oui ils sont encore puissants, mais ce n’est plus la même équipe qui a été battue par les Knights de London en grande finale l’an dernier. Avec un bon mélange de vétérans et de jeunes, la troupe abitibienne pourra bénéficier de l’expérience acquise l’an dernier. L’attaque n’est pas vilaine du tout avec des joueurs comme Jean-Christophe Beaudin, Manuel Wiederer, Antoine Waked, Alexandre Fortin, Martins Dzierkals et Gabriel Fontaine. En défensive, le duo Philippe Myers et Jérémy Lauzon est l’un des plus dominants dans la LHJMQ tandis que l’ajout de Taylor Ford le retour de Jacob Neveu ne seront que bénéfiques. Devant le filet, Samuel Harvey aura le beau rôle, lui qui a secondé Chase Marchand l’an dernier. Si la chimie créée par Gilles Bouchard demeure intacte et que la machine est bien huilée, ce sera tout un défi pour les équipes adverses de stopper la meute.

 5 – Greyhounds de Sault Ste. Marie (OHL)

Possiblement l’une des belles surprises cette saison, les Greyhounds se maintiennent dans le haut de la conférence Ouest malgré une forte opposition (London, Erie, Windsor, Owen Sound). L’organisation n’a pas peut-être pas de grandes vedettes dans son alignement, mais elle possède six joueurs qui totalise 40 points ou plus, ce qui prouve que celle-ci possède un bon équilibre et une profondeur. Un peu comme les Islanders de Charlottetown, le point d’interrogation se situe au niveau des hommes masqués alors que Matthew Villalta et Joseph Raaymakers sont exclus du top 10 dans la OHL pour la moyenne et l’efficacité. Contre les équipes nommées ci-dessous, des performances moyennes des gardiens seront difficilement pardonnables.

 4 – Sea Dogs de St. John (LHJMQ)

Lorsqu’une équipe fait l’acquisition du meilleur gardien, du meilleur défenseur et de l’un des meilleurs attaquants sur le marché des transactions, c’est évident qu’elle est à prendre au sérieux. Sur papier, les Sea Dogs semblent n’avoir aucune faiblesse dans leur alignement. Il s’agit d’une attaque dévastatrice avec des joueurs comme Matthew Highmore, Mathieu Joseph, Julien Gauthier, Spencer Smallman, Joe Veleno et Bokondji Imama de ce monde. Ensuite, la défensive est plus que solide avec Simon Bourque, Jakub Zboril et le meilleur défenseur junior au pays Thomas Chabot. Finalement, les Sea Dogs possèdent un duo de gardiens qui mêle expérience et avenir avec Callum Booth et Alex D’Orio. Visiblement, on tente de recréer la belle époque du début de la décennie lorsque Gerard Gallant était derrière le banc. Reste à savoir si toutes ces acquisitions rapporteront.

 3 – Knights de London (OHL)

Les saisons se suivent et se ressemblent pour les frères Hunter à London. Encore une fois, les Knights réussissent à assembler une équipe redoutable même après avoir gagné la Coupe Memorial l’année dernière. D’ailleurs, il est important de noter que Mitch Marner, Christian Dvorak et Matthew Tkachuk ont quitté pour le circuit Bettman. Cependant, ceux qui sont demeurés à London ont passé à l’étape supérieure. Dans un premier temps, Cliff Pu a pris beaucoup de gallon cette année avec ses 62 points en 41 rencontres jusqu’ici. Et lorsqu’on ajoute les Max Jones, Janne Kuokkanen et Mitchell Stephens, les buts pleuvent tout simplement. En défensive, Mitchell Vande Sompel amènera sa touche à une défensive déjà très bien nantie avec Olli Juolevi et Victor Mete. Devant le filet, Tyler Parsons doit simplement continuer de faire ce qu’il fait et le Saint Graal du hockey junior a des chances de demeurer à London pour un autre été.

 2 – Otters d’Erie (OHL)

Ils ont passé à un cheveu de réussir il y a trois ans, ils ont failli réussir il y a deux ans et ils ont de nouveau échoué l’an dernier. Cette année, c’est maintenant ou jamais pour l’équipe de la Pennsylvanie. En effet, c’est le temps d’en profiter avant que la porte ne se referme et que le cycle du hockey junior ne les rattrape. Le trio composé de Dylan Strome (quelle bénédiction que son retour), Taylor Raddydsh et Alex DeBrincat fait flèche de tout bois. Tellement que les joueurs qui le composent se rapprochent de la marque des deux points par match en moyenne. La venue d’Anthony Cirelli, un joueur reconnu pour son leadership et sa capacité à se lever lorsqu’il le faut, ne peut qu’apporter du positif à cette équipe. Par contre, la conférence Ouest est très intimidante et sortir vainqueur contre London et Sault Ste. Marie ne sera vraiment pas facile. Il faudra que l’aspect défensif du plan de match, avec Erik Cernak en tête, soit respecté, sinon les prochaines saisons auront un goût plus amer dans la bouche des partisans.

 1 – Pats de Regina (WHL)

Si l’édition 2016-2017 des Pats de Regina devait se résumer en un mot, ce serait domination. Affichant un dossier de 31-6-7, les Saskatchewanais n’ont absolument aucun complexe face à leurs rivaux de l’Ouest canadien. Présentant un pourcentage de 0.784 %, la troupe de John Paddock trône au sommet depuis le jour 1 de la saison. Même s’il a été retranché d’Équipe Canada Junior, Sam Steel connaît une saison des plus exceptionnelles. Avec ses 83 points en 38 matchs, il est probablement le joueur le plus dominant de toute la LCH. À ses côtés, Adam Brooks est en voie de battre sa marque personnelle de l’an dernier alors qu’il avait amassé 120 points, ce qui lui avait conféré le championnat des marqueurs. Par la suite, en plus de posséder les deux meilleurs pointeurs du pays, Regina a également dans ses rangs le meilleur pointeur chez les défenseurs de la WHL en Connor Hobs, lui qui a déjà 20 buts et 53 points en 40 rencontres. Les espoirs sont donc permis pour Regina, formation qui tentera également d’accueillir la 100e Coupe Memorial en 2018.

Mentions honorables : Cataractes de Shawinigan (LHJMQ), Attack d’Owen Sound (OHL) et Cougars de Prince George (WHL)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *