Quels joueurs de la LHJMQ méritent une première chance?

Année après année, certains joueurs ignorés par les 30 équipes de la LNH connaissent de véritables éclosions, ce qui leur permet de se mettre sur le radar des différents dépisteurs du circuit Bettman.

Avant d’aller plus loin, il est très important de mentionner les critères suivants qui ont permis d’établir cette liste.

  • Le joueur ne doit pas avoir été repêché par la LNH. (Exemple : Olivier Leblanc / Julien Pelletier)
  • Le joueur ne doit pas avoir signé de contrat professionnel. (Exemple : Philippe Myers / Cody Donaghey)
  • Le joueur ne doit pas se retrouver sur la liste de la Centrale de recrutement de la LNH 2017. (Exemple : Maxime Fortier / Ivan Kosorenkov)
  • Le joueur ne doit pas avoir été invité à un camp de la LNH auparavant. (Exemple : Zack MacEwen / Alexis D’Aoust / Giovanni Fiore)

Pourquoi ces critères? Tout simplement pour pousser la recherche plus loin afin de dénicher des joueurs qui n’ont jamais eu la chance de se faire valoir ou qui ont débloqué tardivement.

#1 : Tyler Boland, centre, Océanic de Rimouski, 6’0’’, 177 lbs

Comment passer à côté du premier pointeur du circuit Courteau dans ce palmarès? Auteur de 87 points en 53 rencontres, il est clair que Boland est en mesure de contribuer sur le plan offensif, lui dont la progression est constante depuis son arrivée dans la LHJMQ. Rapide patineur, son habileté à transpercer les défensives adverses lui permet d’engendrer bon nombre de points. C’est également un joueur très intelligent, ce qui lui permet de prendre les bonnes décisions avec ou sans la rondelle. Cela fait en sorte que son entraîneur Serge Beausoleil l’utilise à profusion, et ce, dans toutes les facettes du jeu.

#2 : Hugo Roy, centre, Phoenix de Sherbrooke, 6’1’’, 180 lbs

Bien qu’il ne soit pas le plus important producteur de points parmi cette liste, l’ensemble du jeu du nouveau capitaine du Phoenix tend à démontrer qu’il a ce qu’il faut pour se rendre chez les professionnels. Misant sur une très grande vitesse, il est en mesure de créer des revirements chez les opposants ou de déborder tout simplement les défensives. Un atout qui l’a grandement aidé dans sa récolte de 50 pts en 51 rencontres jusqu’ici. Par la suite, la qualité de son jeu défensif et son efficacité aux cercles des mises en jeu rendent Roy plutôt intéressant pour une équipe de la LNH. C’est pourquoi il se retrouve en seconde position ici.

#3 : François Beauchemin, centre, Islanders de Charlottetown, 6’1’’, 190 lbs

Véritable machine à marquer depuis le début de la campagne (38 buts en 53 parties), Beauchemin sera certainement considéré comme un possible pari intéressant pour une équipe professionnelle. Son déclic offensif s’est produit à 19 ans lors de son arrivée à Val-d’Or. Auparavant, il n’avait été qu’un joueur de rôle chez l’Océanic. Désormais à Charlottetown, où il compte déjà 11 buts en 14 parties, il aura la chance de faire un bon bout de chemin en séries. Sa tenue en séries sera déterminante pour la suite des choses dans son cas.

#4 : Thomas Grégoire, défenseur, Phoenix de Sherbrooke, 5’11’’, 170 lbs

Quelle saison offensive il connait celui-là! Profitant du départ de Jérémy Roy, Grégoire n’a pas raté sa chance pour jouer le quart-arrière offensif. Jusqu’ici, ses 55 points en 49 parties le place au second rang du circuit derrière un certain Samuel Girard. De ce fait, sa fulgurante progression au niveau offensif a de quoi attirer les regards des dépisteurs. Toutefois, s’il veut poursuivre sa progression, le Sherbrookois devra apporter un plus grand souci à son jeu défensif et continuer de travailler sur sa force physique. Ses habiletés offensives sont indéniables et cela pourrait bien forcer la main d’une équipe qui désire ajouter un spécialiste de l’offensive.

#5 : Dylan Montcalm, centre, Océanic de Rimouski, 6’2’’, 185 lbs

Si François Beauchemin a connu son éclosion à son départ de Rimouski, c’est l’inverse qui s’est produit dans le cas de Montcalm. Tournant en rond avec les Voltigeurs de Drummondville, il a pris son envol une fois sous les ordres de Serge Beausoleil avec l’Océanic. À l’heure actuelle, Montcalm totalise 126 points en 119 parties depuis son arrivée là-bas. C’est un excellent passeur et même le meilleur de la LHJMQ cette année avec 53 passes. D’ailleurs, il va chercher une grande part de sa production en avantage numérique. Une équipe pourrait être tentée de mettre ses aptitudes à l’essai dans les rangs professionnels.

#6 : Bruno-Carl Denis, défenseur, Huskies de Rouyn-Noranda, 5’11’’, 188 lbs

Arrière à caractère plutôt défensif lors de ses premiers pas dans le junior majeur, Denis s’impose dignement cette année en tant que vétéran de 20 ans. En réalité, avec les innombrables blessures qui ont affligé les Huskies, Denis a dû se surpasser pour éviter que sa troupe ne croule sous le poids des absences. Répondant présent, il a amassé 35 points en 51 parties et maintenu une fiche de +30. Au-delà de sa contribution offensive marquée, une première dans son parcours junior, l’arrière de St-Ulbald offre un jeu défensif et physique bien intéressant. Dans les rangs professionnels, il ne devrait jamais être sous les projecteurs, mais son efficacité générale pourrait rendre des services appréciables à une équipe.

#7 : James Phelan, centre, Tigres de Victoriaville, 5’11’’, 183 lbs

Dans le même style que Hugo Roy chez le Phoenix, Phelan amène vitesse et désir de vaincre soir après soir. Toujours à 110 % dans son effort, il n’hésite pas à s’impliquer physiquement ou encore à jeter les gants pour défendre ses coéquipiers. De plus, son coup de patins génial lui permet de créer des étincelles offensives ou encore de défendre de brillante façon son territoire. C’est le genre de joueur qu’un entraîneur peut utiliser sans gêne dans toutes les situations. Chez les professionnels, il pourrait devenir un joueur de soutien au sein d’une quatrième unité avec des missions défensives.

Mentions spéciales à Julio Billia (Chicoutimi), Vincent Lanoue (Victoriaville), Étienne Montpetit (Val-d’Or) et T.J. Melancon (Blainville-Boisbriand).

Il est certain que ce ne sont pas tous ces joueurs qui auront une vraie première chance, mais ceux-ci se retrouvent certainement parmi les candidats intéressants pour y arriver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *