Portrait d’espoir : Nolan Patrick

Même s’il a raté une trentaine de matchs cette saison en raison d’une hernie sportive, Nolan Patrick demeure tout de même parmi les favoris pour entendre son nom au premier rang du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) au United Center de Chicago en juin prochain.

La saison de Patrick a été plus courte que prévu, c’est vrai. Il n’a d’ailleurs pas été en mesure de porter les couleurs du Canada au Championnat mondial junior (CMJ) en raison de son hernie sportive. Cependant, cela n’a pas empêché l’espoir de 18 ans de noircir la feuille de pointages à plusieurs reprises cette saison. En 27 parties, le capitaine des Wheat Kings a fait scintiller la lumière à 18 reprises et il a alimenté ses coéquipiers 24 fois, pour un total de 42 points.

Le natif de Winnipeg connait d’excellents moments depuis son entrée dans la WHL en 2013-2014. L’année dernière, il avait cumulé 102 points en 72 joutes et en 2014-2015, il en avait obtenu 56 en 55 rencontres. Le talentueux attaquant n’est pas passé sous le silence dans la catégorie des honneurs individuels et d’équipes. Médaille d’or au tournoi Hlinka (2015-2016), recrue de l’année dans la WHL (2014-2015), champion de la WHL (2015-2016) : les exploits sont nombreux, et la liste s’étire encore.

 

Analyse du talent

Déjà à 18 ans, Patrick fait preuve d’une belle maturité, d’un style de jeu complet et de leadership. Plusieurs le voient comme un joueur de centre de concession. Il a tout pour réussir : vision du jeu, habiletés offensives, lancer de qualité.

Même s’il n’a pas le facteur « wow » des McDavid, Eichel ou Matthews, Patrick a certainement sa place assurée au sein d’un poste de deuxième centre. Il est fort physiquement et il utilise sa portée pour protéger la rondelle. Patrick est un joueur qui travaille fort et qui aime beaucoup alimenter ses coéquipiers. Le Manitobain est intelligent, ce qui l’aide à performer dans les deux sens de la patinoire.

Dans la zone offensive, Patrick aime bien utiliser le centre ou bien longer un côté de la bande pour créer des occasions de marquer. Il n’est pas rare de le voir aussi travailler derrière le filet adverse et livrer une savante passe à l’un de ses coéquipiers. Outre ses savantes qualités de passeurs, Patrick a aussi un excellent lancer. Si l’option de passe n’est pas présente, le tir est immédiat et puissant. Il a de bonnes mains et il s’en sert pour déjouer ses adversaires.

À cela s’ajoute que le joueur de centre excelle aussi sans la rondelle. Il peut amener l’équipe adverse à créer des revirements par son échec avant. Constamment en mouvement, Patrick peut être utilisé dans plusieurs aspects du jeu : avantage numérique, désavantage numérique et évidemment égalité numérique. Il est capable d’apporter de la robustesse, et lorsque nécessaire, mais très rarement, il peut jeter les gants.

Ce qui pourrait jouer contre Patrick, mise à part sa blessure, c’est son manque de dynamisme e d’explosivité dans ses jeux. Il n’a également pas le meilleur coup de patin. Évidemment, d’ici le mois de juin, il sera intéressant de voir comment Patrick se comportera dans l’adversité puisque Nico Hischier des Mooseheads d’Halifax cogne aussi à la porte du premier rang de sélection.

Forces

  • Vision du jeu
  • Gabarit
  • Passe
  • Tir
  • Joueur complet
  • Habiletés offensives
  • Travail sans la rondelle
  • Maturité
  • Intelligence

Faiblesses 

  • Dynamisme/explosivité
  • Coup de patin

Comparatif : Anze Kopitar, Kings de Los Angeles

Lors de l’encan 2017 à Chicago, Nolan Patrick sera sans doute repêché au premier rang des espoirs de la Ligue nationale de hockey.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *