Portrait d’espoir : Callan Foote

Par Pierre-Émile Claveau

Foote, un nom qui doit évoquer de nombreux souvenirs aux partisans des Nordiques de Québec. Callan, fils de l’ancien défenseur des Nordiques Adam Foote, patine sur les traces de son père. Six ans après le départ d’Adam vers la retraite, un nouveau Foote enfilera un uniforme de la LNH à Chicago.

Auteur d’une carrière de 1154 parties en 19 saisons, Adam Foote, qui a évolué pour les Nordiques, l’Avalanche et les Blue Jackets de Columbus, était reconnu pour son jeu physique et coriace en tant que défenseur défensif. Il compte plusieurs honneurs à son palmarès dont une médaille d’or olympique, une médaille d’or du Championnat du monde et deux bagues de la Coupe Stanley. Partout où il est passé, celui-ci a connu son lot de succès. Il est, sans aucun doute, un modèle inspirant pour son fils Callan.

Inutile de le cacher, sa présence à Kelowna est grandement attribuable à la présence de Nolan avec les Rockets. En effet, bien que très convoité par les universités américaines, l’aîné de la famille a décidé de changer sa route lorsqu’il a vu son frère être sélectionné par les Rockets de Kelowna lors du repêchage Bantam 2015 de la WHL. En raison de  leur écart d’âge, les deux frères n’avaient jamais pu jouer dans la même formation. Cependant, en acceptant de joindre les rangs du Rockets, les deux frères ont pu réaliser le rêve de jouer dans la même formation lors de la présente campagne.

De plus, la réputation de Kelowna n’est plus à faire. La formation de la Colombie-Britannique a développé de nombreux défenseurs de haute qualité lors des dernières années. Celle-ci est d’ailleurs considérée comme l’équipe qui développe le mieux les défenseurs. Il suffit de penser à des arrières comme Duncan Keith, Shea Weber, Scott Hannan, Sheldon Souray et Alexander Edler par exemple. Au total, c’est 18 anciens défenseurs des Rockets qui ont déjà disputé une partie dans la LNH, et ce, en seulement 25 ans d’histoire. De ce fait, Kelowna se voulait une option de développement plus qu’alléchante pour Callan Foote.

Natif du Colorado, l’arrière possède également la nationalité canadienne. Son statut sur la scène internationale est encore indéterminé puisque Foote n’a jamais représenté les États-Unis ou le Canada sur la scène internationale. Cependant, un règlement de la Fédération internationale de hockey l’a empêché de se joindre à la formation canadienne puisque celui-ci stipule qu’il doit vivre dans le pays depuis 16 mois en plus d’avoir joué deux saisons complètes avec une formation du pays. Rappelons-nous que son père a arboré l’Unifolié à plusieurs reprises durant sa carrière, notamment lors des Jeux Olympiques de 1998,2002 et 2006 et des éditions de la Coupe du Monde de 1996 et 2004. Son fils espère donc suivre les traces de son père en évoluant pour le Canada.

De passage à Québec en janvier dernier, l’athlète était parmi les meilleurs espoirs de la LCH en vue du repêchage de la LNH qui ont foulé la glace du Centre Vidéotron dans le cadre du match des meilleurs espoirs Sherwin-Williams. Et certes, plusieurs dépisteurs ont eu à l’œil l’aîné de la famille Foote. N’ayant pas connu sa meilleure partie, les chasseurs de talents ont pu constater le meilleur et le pire du jeune homme. Formant un duo avec le Québécois Pierre-Olivier Joseph, l’arrière polyvalent a été peu visible dans la zone offensive. Malgré tout, il a servi une savante passe à Nolan Patrick pour permettre à Owen Tippett d’inscrire un but en avantage numérique. Son jeu défensif a été excellent, privilégiant son homme au lieu du porteur de la rondelle et évitant de nombreux surnombres.

 

Analyse du talent :

À 18 ans seulement, Callan fait preuve d’un style de jeu complet. L’arrière droitier excelle dans les deux zones, priorisant grandement son jeu défensif comme son père à l’époque. Même si son entraîneur Brad Ralph lui donne un rôle plus offensif, il est soucieux et conscient de cet aspect. Le numéro 25 des Rockets ne mettra jamais ses coéquipiers dans l’embarras. Et comme son paternel, il sait faire payer le prix à son adversaire avec son jeu physique près de la rampe. De plus, l’arrière possède un sens du jeu de haut niveau.

Dans la zone offensive, Foote est tout aussi menaçant. Sa lecture de jeu est sensationnelle, ce qui lui permet de surprendre à l’occasion les défensives ennemies. À cela s’ajoute sa vision et ses premières passes qui font le bonheur des attaquants. Ses habiletés de passeurs sont indiscutables spécialement sur la première passe. Bien qu’il priorise la passe, Foote possède également un tir puissant. De plus, si l’opportunité se présente, l’espoir est en mesure de transporter la rondelle jusqu’en territoire ennemi.

Toutefois, son coup de patins est l’aspect qui est le plus à travailler. Il aura beaucoup de travail à effectuer pour atteindre le circuit Bettman. D’ailleurs, il serait bénéfique que l’arrière travaille sur la mobilité de ses pieds et sa vitesse. Au niveau supérieur, il se ferait possiblement prendre à contrepied. De plus, avec une stature de 6’3’’ et 209 livres, les dépisteurs aimeraient le voir s’impliquer davantage sur l’aspect robustesse.

 

Forces 

  • Constance
  • Gabarit
  • Habiletés
  • Sens du jeu
  • Lecture du jeu
  • Maturité
  • Passe
  • Style de Jeu
  • Tir
  • Vision

 

Faiblesses/ À améliorer :

  • Jeu physique
  • Patin
  • Prioriser son jeu offensif

 

    Comparatif : Alex Pietrangelo, Blues de Saint-Louis

 

Les défenseurs droitiers sont devenus une denrée rare dans la LNH. Polyvalent et droitier, Foote devrait un choix attrayant pour de nombreuses équipes. Et les dépisteurs rêvent d’une version polyvalente du paternel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *