Portrait d’espoir : Cody Glass

Crédit photo : Marissa Baecker/Getty Images

Par Pierre-Émile Claveau

L’attaquant des Winterhawks de Portland Cody Glass signe la fin d’une saison marquée d’une courbe de progression. À la suite d’une élimination tardive en séries éliminatoires subie aux mains des Rockets de Kelowna, l’attaquant manitobain aura encore la chance d’être sous les projecteurs en vue du repêchage de la LNH qui se tiendra dans un peu plus d’un mois.

Initialement répertorié comme un choix de première ronde par la Centrale de recrutement de la LNH,  Glass est monté petit à petit sur les listes des nombreux dépisteurs de la LNH. Et l’élimination tardive des Winterhawks, qui ont surpris les Cougars de Prince George en première ronde des séries éliminatoires, ne lui a certainement pas été néfaste. Il figure désormais au sixième rang des patineurs nord-américain selon la Centrale de recrutement. Toutefois, plusieurs experts et amateurs le classent dans leur top-5 au prochain repêchage.

Repêché au 19e rang du repêchage de la WHL en 2014 par Portland, Glass en est à sa seconde campagne dans le circuit junior de l’Ouest. À sa première saison chez les juniors, rien ne laissait présager qu’il allait devenir un élément crucial à Portland. En effet, le jeune attaquant a connu son lot de difficulté laissant planer le doute. Lors de la saison régulière 2015-2016, le centre a récolté un maigre total de 27 points en 65 parties. Son réveil semble s’être fait lors de la danse printanière malgré une élimination expéditive face aux Silvertips d’Everett. En effet, à la suite d’une blessure au capitaine Dominic Turgeon, le centre de 16 ans s’est retrouvé sur la première ligne d’attaque. Dans ce rôle, il avait récolté trois points en quatre parties.

Heureusement pour lui, il a pu construire sur ses premières séries. En 2016-2017, le centre s’est rapidement retrouvé comme l’une des têtes d’affiches du circuit Robison. En 69 parties cette année, l’avant a récolté 94 points, dont 32 filets. De plus, il a vu son différentiel passer de – 2 à + 31. Ainsi, l’espoir droitier est devenu indispensable à son entraîneur puisque celui-ci avait la lourde tâche de contrer les meilleurs éléments de chaque formation, notamment durant la danse du printemps. Il aura finalement récolté neuf points en 11 parties.

Malgré l’élimination des Winterhawks, sa saison ne s’est pas terminée pour autant. L’attaquant natif de Winnipeg a répondu à l’appel de la nation canadienne pour représenter l’Unifolié au championnat mondial des moins de 18 ans. Lors de son premier match, Glass a inscrit deux buts et une passe face à la Suisse. Par contre, ce fut ses seuls points du tournoi en trois parties. Le Manitobain a également eu la chance de briller sur la scène internationale en 2015-2016, cette fois-ci lors du Championnat mondial junior des moins de 17 ans. Lors de cette compétition, le centre n’avait récolté aucun point en six rencontres. Il y a fort à parier que Glass devrait lutter pour l’obtention d’un poste au sein de l’équipe canadienne junior des moins de 20 ans l’année prochaine.

Analyse du talent

Quelles équipes ne rêvent pas d’un dangereux attaquant qui est efficace dans les deux sens de la patinoire? L’espoir de 18 ans a tout pour réussir : un style de jeu complet, des habiletés offensives et défensives ainsi qu’une fougue impressionnante.

À l’instar de Nolan Patrick, Glass n’est pas de la lignée des Eichel, McDavid et Matthews. Par contre, le numéro 8 a certainement sa place sur le second trio d’une formation du circuit Bettman. Glass est un travailleur acharné et son intensité est remarquable. Aussi, il adore alimenter ses coéquipiers alors que quelques fois, le tir aurait été la meilleure option. Son intelligence ainsi que sa vision du jeu l’aident à être efficace dans les deux sens de la glace.

Par la suite, il faut mentionner que sa transition s’effectue très rapidement, menant souvent à des occasions de marquer. En ajoutant cela à sa vision du jeu, les arrières adverses se font prendre souvent à contre-courant. Glass est patient et analyse chaque petit détail avant de poser un geste.

Au prochain niveau, le Manitobain devra travailler sur quelques aspects, dont sa vitesse. Malgré que cette légère lacune ne se fait pas encore sentir au niveau junior, le Winnipegois n’est pas une fusée sur ses patins. Également, il doit se faire sentir physiquement. À 18 ans, le droitier a encore le temps d’ajouter du muscle à sa charpente.

Forces

  • Intensité
  • Jeu défensif
  • Joueur complet
  • Transition
  • Création offensive
  • Compréhension du jeu
  • Vision
  • Prise de décision
  • Intelligence
  • Maturité

Faiblesses / À améliorer

  • Vitesse
  • Présence physique
  • Lancer au filet

Comparaison : Ryan Johansen – Prédateurs de Nashville

L’entraîneur des Winterhawks Mike Johnston a comparé son jeune poulain à Ryan Johansen. Johnston est bien placé pour effectuer la comparaison puisqu’il été également l’entraîneur de Johansen. Statistiquement, Glass est en avance sur le joueur des Prédateurs à leur année de repêchage.

Cody Glass pourrait entendre son nom entre le septième et quinzième rang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *