Portrait d’espoir Joël Teasdale

Même s’il a encaissé une descente dans les différents rapports des dépisteurs de la LNH, le joueur de centre de l’Armada de Blainville-Boisbriand Joël Teasedale n’est pas en reste pour la suite des choses. Cinquième meilleur Québécois selon la Centrale de la LNH, il n’a pas volé sa place.

Originaire de Sainte-Julie sur la Rive-Sud de Montréal, l’attaquant de 5’11’’ et 190 lbs a eu un rôle à jouer sur les performances de l’Armada au cours des deux dernières saisons.

Produit des Gaulois du Collège Antoine-Girouard de la ligue Midget AAA, l’ailier gauche a été le douzième choix au total de l’encan 2015 du circuit Courteau, tout juste derrière son coéquipier à Blainville-Boisbriand, Antoine Crête-Belzile.

Arrivé au sein d’une équipe avec une certaine carence en attaque, Teasdale a rapidement eu des responsabilités offensives de la part de Joël Bouchard, surtout pendant l’absence du vétéran Philippe Sanche lors de sa saison recrue. Cette pression, malgré son inexpérience au niveau junior majeur, ne l’a pas effrayé et il a réussi à terminer au cinquième rang des pointeurs de son équipe avec 11 buts et 27 points en 53 matchs.

Relayés au rôle de négligé durant les séries éliminatoires, Teasdale et Blainville-Boisbriand ont causé la plus grande surprise de l’histoire de la LHJMQ en éliminant les Foreurs de Val-d’Or en six matchs malgré un écart de 40 points au classement. Le Julievillois a eu son mot à dire sur les performances de son équipe en inscrivant trois buts.

Ses bonnes performances dans l’uniforme noir et blanc sont parvenues aux oreilles de Hockey Canada qui a sélectionné Teasdale pour représenter Canada-Rouge à l’édition 2015 du Championnat mondial des moins de 17 ans. Campé dans le rôle d’assistant au capitaine Markus Philipps (Owen Sound), l’attaquant québécois a su tirer son épingle du jeu en compagnie de Maxime Comtois et d’Antoine Morand, récoltant six points en autant de matchs. Malheureusement pour lui, la médaille de bronze lui a glissé des mains à la suite d’un revers contre la formation suédoise.

Avec une campagne recrue des plus remplies, les attentes à l’endroit de l’attaquant ont monté d’un cran au départ de la dernière saison. Admissible au repêchage qui se tiendra à Chicago ce mois-ci, Teasdale avait également l’occasion d’avoir un rôle important dans une équipe qui aspirait à de grandes choses. Malgré quelques passages à vide lors de la deuxième moitié de saison, il a réussi à amasser 47 points en 60 matchs.

Par contre, c’est lors des séries éliminatoires que Teasdale a livré le meilleur de lui-même. En plus d’avoir permis à l’Armada d’atteindre la finale pour la première fois de son histoire, l’attaquant a amassé 15 points en 18 matchs avant de se blesser en finale à la suite d’une mise en échec de Julien Gauthier.

Analyse du talent 

Sans être le joueur présent à chaque semaine dans les faits saillants, Teasdale se démarque surtout par sa polyvalence. Il est autant en mesure de mettre des points au tableau que d’empêcher l’adversaire d’en inscrire puisqu’il s’implique sur les 200 pieds de la glace. De plus, son éthique de travail et son intensité font de lui un joueur aimé de ses coéquipiers et de son entraîneur. D’ailleurs, Joël Bouchard a même qualifié son soldat de « couteau suisse », car il peut être efficace peu importe la situation présentée devant lui.

Au niveau de ses habilités individuelles, on sent que le joueur de l’Armada a un potentiel intéressant pour la LNH. Possédant une agilité au-dessus de la moyenne et un coup de patin avec une bonne pointe de vitesse, il est une menace pour ses adversaires s’il est mal couvert. Son intelligence et sa compréhension du jeu lui permettent de se démarquer des défensives adverses et d’obtenir des occasions de marquer. Teasdale ne préconise pas le jeu difficile et il n’hésite pas à envoyer la rondelle au filet lorsqu’il en a l’occasion pour provoquer des chances d’enfiler l’aiguille. À quelques reprises, on a pu le voir surprendre certains gardiens alors qu’il était dans un angle plus fermé.

Le seul reproche qu’on pourrait émettre à son endroit est sa constance offensive. Sans connaître nécessairement des mauvais matchs en général, Teasdale devient parfois invisible des feuilles de pointage et au chapitre des occasions de marquer. S’il veut passer au niveau supérieur, ce sera un aspect à travailler.

Force 

  • – Polyvalence
  • – Éthique
  • – Intensité
  • – Patin
  • – Agilité
  • – Capacité à jouer sous pression
  • – Protection de rondelle
  • – Joue sur 200 pieds

Faiblesse :

  • – Constance offensive
  • – Jeu physique

Comparatif LNH : Colin Wilson, Predators de Nashville

Classé 84e chez les patineurs nord-américains de la LNH, Teasdale a connu des baisses au classement des différents dépisteurs. Peut-être le fait que d’avoir joué dans l’ombre de Pierre-Luc Dubois ne l’a pas aidé à se faire valoir devant les recruteurs. Néanmoins, on peut s’attendre à entendre son nom lors de la quatrième ou cinquième ronde. Une équipe comme le Wild du Minnesota pourrait être un bon endroit pour lui, eux qui ont connu du succès avec des joueurs travaillants et respectueux du système de jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *