Top 20 final de la LHJMQ en vue du repêchage LNH 2017

Le repêchage 2017 ne sera probablement pas la meilleure cuvée pour la LHJMQ, mais, à moins d’une surprise, plus d’une dizaine de hockeyeurs du circuit Courteau devraient enfiler un uniforme de la LNH. 

#1 : Nico Hischier, centre, Mooseheads de Halifax, 6’0’’, 174 lbs

Tout au long de la saison, il n’a pas cessé d’éblouir les amateurs et les recruteurs. Patineur explosif misant sur une grande intelligence hockey, Hischier est désormais dans les discussions pour devenir le tout premier choix au repêchage. Son entraîneur André Tourigny l’a vanté à maintes reprises au cours de la saison et il l’a décrit comme étant le meilleur joueur qu’il avait dirigé. Souvenez-vous que Tourigny a déjà eu sous sa gouverne un certain Nikita Kucherov par exemple. Après avoir dominé la saison régulière (86 points en 57 parties) et ébloui le monde au Championnat mondial junior (sept points en cinq parties), Hischier semble déjà prêt à passer au prochain niveau.

#2 : Pierre-Olivier Joseph, défenseur, Islanders de Charlottetown, 6’0’’, 160 lbs

L’arrière des Islanders n’a pas cessé de progresser tout au long de la saison, ce qui lui permet de se faufiler au second rang de ce palmarès. Véritable pilier à la ligne bleue chez les Islanders, Joseph a su s’affirmer comme un arrière complet grâce à son flair offensif (39 points en 62 rencontres), sa mobilité exceptionnelle et sa compréhension du jeu. Il semble avoir tous les outils pour jouer dans un top 4 défensif de la LNH.

#3 : Maxime Comtois, ailier gauche, Tigres de Victoriaville, 6’2’’, 200 lbs

Pendant un certain temps, il était parmi les dix premiers espoirs au prochain repêchage. Malheureusement, sa dernière saison n’a pas été à la hauteur des attentes et il a dégringolé en fin de première ronde dans les différentes listes de recrutement. Après avoir obtenu 60 points en 62 parties à saison recrue, plusieurs s’attendaient à une progression marquée offensivement, d’autant plus que les Tigres étaient nettement plus puissants. Il aura finalement obtenu 51 points en 65 rencontres. Malgré cette déception offensive, il demeure un attaquant très intense qui donne de bons coups d’épaules et qui s’implique dans toutes les facettes du jeu. Il semble avoir ce qu’il faut pour devenir un bon joueur complet.

#4 : Antoine Morand, centre, Titan d’Acadie-Bathurst, 5’9’’, 170 lbs

En voilà un qui a très bien progressé cette année. Profitant de la force de frappe offensive accentuée du Titan, Morand a amassé 74 points en 67 rencontres. Sa vision du jeu supérieure et sa grande vitesse le rendent très intéressant aux yeux de la nouvelle LNH, tout comme son positionnement en zone offensive qui le sert très bien. Il devra continuer d’améliorer son jeu défensif et ses batailles le long des rampes. Dans la bonne chaise, il pourrait connaître une carrière similaire à celle de Mathieu Perreault.

#5 : Joël Teasdale, ailier gauche, Armada de Blainville-Boisbriand, 5’11’’, 180 lbs

Le couteau suisse de l’Armada a certainement gagné des points dans le cœur des recruteurs de la LNH lors des dernières séries. Auteur de solides performances à plusieurs reprises, il a obtenu 15 points en 18 parties, ce qui a témoigné de sa capacité à élever son jeu d’un cran lorsque l’enjeu est important. Il doit encore améliorer sa constance offensive tout au long d’une saison, mais l’ensemble des outils sur lesquels il peut miser le rend plutôt attrayant. Polyvalence, intensité, coup de patins, agilité, éthique et jeu défensif sont les qualités qui ressortent de son jeu.

#6 : Antoine Crête-Belzile, défenseur, Armada de Blainville-Boisbriand, 6’0’’, 191 lbs

Quel dommage qu’il ait été blessé aussi longtemps cette année. Son absence pendant 29 rencontres s’est fait sentir et il a eu quelques difficultés à prendre son rythme, surtout sur le plan offensif (sept points en 39 rencontres). Toutefois, Crête-Belzile demeure un arrière très lucide avec un jeu défensif bien développé, une bonne relance et un patinage fluide. S’il peut améliorer un peu plus son jeu offensif et éviter les blessures, le natif de Québec pourrait connaître une belle carrière professionnelle.

#7 : Ivan Chekhovich, ailier gauche, Drakkar de Baie-Comeau, 5’10’’, 168 lbs

Tout au long de la campagne, Chekhovich a su maintenir une production offensive constante (59 points en 60 matchs), signe qu’il a su bien s’adapter à la réalité nord-américaine. Patineur très agile qui garde toujours ses pieds en mouvement, il semble toujours prêt à sauter dans l’action pour créer une étincelle. C’est un bon passeur qui mise également sur un bon petit tir et de mains vives. Il devra améliorer son jeu défensif et prendre plus de masse musculaire.

#8 : Pavel Koltygin, ailier gauche, Voltigeurs de Drummondville, 6’0’’, 192 lbs

Ce n’est pas le hockeyeur russe typique que ce Koltygin. Jouant la plupart du temps avec la pédale au plancher, il n’hésite pas à batailler pour les rondelles libres, à aller dans les zones de turbulences ou à appuyer ses compagnons le long des rampes. Koltygin est également un bon patineur qui garde ses pieds en mouvement. La qualité de ses passes et de ses tirs (des poignets et sur réception) est également intéressante. Il devra cependant peaufiner son jeu défensif. Il a amassé 47 points en 65 matchs, mais présenté une fiche de -28.

#9 : David Noël, défenseur, Foreurs de Val-d’Or, 6’1’’, 170 lbs

La plus belle progression depuis la mi-saison, c’est David Noël qui l’a connu. Échangé à Val-d’Or par les Saguenéens de Chicoutimi, c’est la meilleure chose qui pouvait lui arriver à ce stade-ci de sa carrière. Désormais campé dans le rôle de défenseur #1 des Foreurs, Noël a été utilisé dans toutes les situations par son nouvel instructeur Mario Durocher. Lors des séries éliminatoires, Noël a plus qu’impressionné la planète LHJMQ lorsqu’il a amassé six points en cinq rencontres pour contribuer à l’élimination surprise des Cataractes de Shawinigan au premier tour. Intelligent, mobile et avec un flair offensif intéressant (32 points en 65 parties à sa première saison complète dans la LHJMQ), il est possible de dire qu’une simple couche du potentiel du Québécois a été effleuré. À surveiller étroitement.

#10 : D’Artagnan Joly, ailier droit, Drakkar de Baie-Comeau, 6’3’’, 180 lbs

Les séquences semblent ponctuer les saisons de Joly, lui qui a amassé 48 points en 66 rencontres. À certains moments dans une campagne, il peut tout casser offensivement avant de disparaitre pour une certaine période par la suite. Cependant, lorsqu’en grande forme, Joly se démarque de par son excellent lancer, sa capacité à protéger la rondelle et son talent de passeur. Il devra cependant s’impliquer plus physiquement, améliorer son jeu défensif et faire preuve d’un peu plus de constance.

#11 : Jocktan Chainey, défenseur, Mooseheads de Halifax, 6’1’’, 201 lbs

C’est le genre de défenseur qui sait se rendre utile peu importe la situation. Lucide et calme, il fait le bon jeu tout en évitant de mettre dans l’embarras sa formation. Sa force physique, sa capacité à bien défendre son territoire et ses quelques atouts offensifs (24 points cette saison) font de lui un défenseur utile dans toutes les situations. Il doit cependant continuer de peaufiner l’aspect défensif de son jeu (fiche de -25 cette année).

#12 : Alex D’Orio, gardien, Sea Dogs de Saint John, 6’2’’, 198 lbs

En tant que second violon derrière Callum Booth, D’Orio a été utilisé plus sporadiquement lors de la seconde moitié du calendrier régulier. Toutefois, son utilisation lors de 28 parties a été suffisante pour démontrer le potentiel intéressant du cerbère natif de Sherbrooke (moy. de 2,40 et eff. de 903). Son calme, sa technique, son agilité et sa rapidité sont ses meilleurs atouts. Il devra maintenant prouver qu’en tant que portier #1 des Sea Dogs, il peut livrer la marchandise.

#13 : Drake Batherson, centre, Screaming Eagles du Cap-Breton, 6’1’’, 183 lbs

L’Américain des Screaming Eagles a pris son envol dans la seconde moitié de saison lorsqu’il s’est mis à jouer comme l’un des meilleurs attaquants de puissance du circuit Courteau. C’est un joueur fort physiquement qui n’a pas peur de foncer au filet. Il voit également bien le jeu grâce à son intelligence hockey de qualité. Notez qu’il en est à seconde année d’admissibilité au repêchage de la LNH.

#14 : Yaroslav Alexeyev, ailier gauche, Phoenix de Sherbrooke, 5’9’’, 148 lbs

En tant que tel, les habiletés individuelles de ce hockeyeur sont très intéressantes. Il passe très bien la rondelle, il voit bien le jeu, il patine bien et il a des mains très agiles. Toutefois, Alexeyev est excessivement frêle, ce qui en fait un joueur de périphérie et un joueur de finesse seulement. Son jeu physique est quasi inexistant et lors des batailles à un contre un, il est possible de constater sa faiblesse. Contre des professionnels, ça pourrait être doublement difficile. Cependant, en zone offensive, c’est un joueur qui a tous les atouts pour se rendre utile.

#15 : Maxime Fortier, ailier droit, Mooseheads de Halifax, 5’10’’, 178 lbs

Après avoir été tout simplement fabuleux jusqu’au mois de janvier, Fortier a semblé s’essouffler quelque peu en fin de saison. Jusqu’en janvier, sa moyenne de point par match était de 1,47 et après le mois de février de 0,79. Le joueur de 19 ans se retrouve néanmoins sur la liste de la Centrale de recrutement de la LNH (181e) grâce à son talent offensif très attrayant, sa grande pointe de vitesse et son excellent lancer. Il doit cependant faire attention à son jeu défensif.  Il en est à sa troisième année d’admissibilité au repêchage.

#16 : Zachary Lauzon, défenseur, Huskies de Rouyn-Noranda, 6’0’’, 163 lbs

Il n’a peut-être pas le talent de son aîné Jérémy, mais son désir de vaincre et l’intensité qu’il met dans son jeu sont certainement des éléments comparables. Lauzon n’hésitera pas à se sacrifier en bloquant des lancers ou en jetant les gants pour défendre ses coéquipiers. L’arrière des Huskies est peut-être limité offensivement, mais sa première passe demeure efficace. C’est un défenseur dans le même moule que Josh Gorges par exemple.

#17 : Arnaud Durandeau, ailier gauche, Mooseheads de Halifax, 5’10’’, 183 lbs

Le jeune homme a progressé relativement bien cette année, récoltant 41 points en 64 parties avec des Mooseheads encore relativement inexpérimenté. Durandeau n’hésite pas à foncer au filet pour créer des chances.  Il est également en mesure de faire valoir ses mains habiles et son bon lancer. Il doit cependant peaufiner son coup de patins et faire preuve d’une plus grande constance offensive. Ce n’est pas non plus le gabarit le plus imposant du lot.

#18 :Ivan Kosorenkov, ailier droit, Tigres de Victoriaville, 6’0’’, 181 lbs

Le Russe des Tigres semblait se diriger vers une saison de 45/50 buts à la mi-saison, mais en seconde moitié du calendrier, il a baissé quelque peu de régime pour terminer la saison avec 34 filets, ce qui demeure très respectable. Son tir très précis lui a d’ailleurs permis d’enfiler bon nombre de ses succès, tout comme ses mains très habiles. Son jeu défensif demande encore quelques ajustements tout comme son accélération sur patins. Très talentueux offensivement, ses carences défensives pourraient en faire reculer quelques-uns, à l’instar de Maxime Fortier par exemple. Il en est à sa seconde année d’admissibilité au repêchage.

#19 : Matteo Pietroniro, défenseur, Drakkar de Baie-Comeau, 6’1’’, 181 lbs

Quart-arrière de la défensive baie-comoise cette saison, il a présenté des performances constantes tout au long de la campagne. Il mise sur une bonne vision du jeu, une bonne première passe et un caractère très hargneux, un peu comme le reste de la famille Pietroniro. À ce propos, il devra faire attention à sa discipline. Pietroniro a obtenu 29 points et 84 minutes de pénalité en 63 matchs cette année.

#20 : Shawn Boudrias, ailier droit, Olympiques de Gatineau, 6’4’’, 195 lbs

Avant d’être échangé à Gatineau, la saison de Shawn Boudrias avec les Islanders de Charlottetown ne laissait pas présager qu’il serait dans les discussions en vue du repêchage 2017 de la LNH. À titre de preuve, il avait obtenu 12 points en 26 rencontres à l’Île-du-Prince-Édouard. Toutefois, son arrivée avec les Olympiques lui a donné une bouffée d’air frais, ce qui lui a permis d’enregistrer 21 points en 32 parties, dont 12 buts. Joueur de grand gabarit, Boudrias a les outils pour devenir un joueur d’intensité intéressant au prochain niveau. Il affiche une belle intensité en frappant sans se gêner les joueurs adverses. Ce n’est cependant pas le joueur le plus élégant en termes de patinage.

Mentions spéciales 

Dereck Baribeau, gardien, Remparts de Québec, 6’4’’, 185 lbs

Samuel Bucek, ailier droit, Cataractes de Shawinigan, 6’2’’, 214 lbs

Mathieu Charlebois, défenseur, Mooseheads de Halifax, 6’2’’, 212 lbs

Louis-Filip Côté, ailier gauche, Remparts de Québec, 6’0’’, 174 lbs

Walter Flower, défenseur, Mooseheads de Halifax, 6’1’’, 163 lbs

Leon Gawanke, défenseur, Screaming Eagles du Cap-Breton, 6’1’’, 181 lbs

Derek Gentille, centre, Remparts de Québec, 5’7’’, 161 lbs

Thomas Grégoire, défenseur, Phoenix de Sherbrooke, 5’11’’, 152 lbs

Nicolas Guay, centre, Voltigeurs de Drummondville, 5’10’’, 163 lbs

Peyton Hoyt, ailier droit, Screaming Eagles du Cap-Breton, 5’9’’, 170 lbs

Ivan Kozlov, centre / ailier gauche, Foreurs de Val-d’Or, 6’0’’, 200 lbs

Jacob Lapierre, ailier gauche, Olympiques de Gatineau, 6’2’’, 211 lbs

Cédric Paré, centre, Sea Dogs de Saint John, 6’2’’, 190 lbs

Alex-Olivier Voyer, ailier droit, Océanic de Rimouski, 6’1’’, 174 lbs

Matthew Welsh, gardien, Islanders de Charlottetown, 6’0’’, 170 lbs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *